Mélissa Lussier Photographe s'offre une pause pour relever un défi qui la passionne.

Merci de votre compréhension ! 

Prise de conscience pour 2014

L’année 2014 s’achève déjà, ce temps de l’année où les gens font une rétrospective pour voir comment ils ont cheminé.
Je me permet de vous écrire ce texte sur mon année 🙂 Je le publie, parce que j’espère simplement continuer à inspirer et aider les gens autour de moi. Voici les 3 grands changements qui font toute une différence dans ma vie présentement.

Bonne lecture !

 Capture d’écran 2014-12-16 à 17.06.40
Course de 6H en coeur à Québec en octobre 2014. J’ai pu courir 20 km pour la Fondation En Coeur.

 

SPORT ET NUTRITION

Tout a commencé il y a 18 mois. Un peu comme au début de la trentaine, moment où on fait du ménage dans notre vie ! Dans mon cas,  j’ai décidé de faire  du ménage côté alimentation et sport. Je n’ai jamais été une grande sportive. J’avais fait un peu de patinage artistique au primaire mais c’était tout.

En mai 2011, la course à pied est entrée dans ma vie. Je ne sais même plus pour quelle raison, mais je voulais pousser, me dépasser, aller plus vite. Je sortais pour de courte distance (2-3-4 km) et j’arrivais à la maison avec un mal de cœur. Je n’étais même pas fière de moi parce que ça me prenais trop de temps avant d’améliorer ma vitesse. Je me suis blessée, souvent et ça prenait du temps à guérir. J’étais très impatiente.  Je ne l’acceptais pas.

Je n’avais rien compris…

 

Capture d’écran 2014-12-16 à 12.32.59
Première course de 5 km, au Demi-Marathon de Granby en septembre 2011, accompagnée de mes parents.

Je n’avais rien compris parce que je n’avais pas de plaisir, “Faudrait que je sorte courir !” se retrouvait trop souvent dans ma bouche. Je n’avais pas compris que ça venait avec un tout, qu’il fallait que ça rentre dans ma routine de vie. Les blessures se sont multipliées. J’ai  donc essayé la natation (ark), le vélo (ark) … puis finalement, j’ai patienté. Pour la première fois, oui, j’ai patienté.  Ouff ! J’ai suivi à la lettre les recommandations de cette femme, qui est ma thérapeute sportive, et qui a couru le marathon d’Ottawa alors qu’elle était enceinte. Je ne l’ai pas regretté du tout (merci Alix !).

Capture d’écran 2014-12-16 à 12.35.37
5 km pour Leucan en 2013 avec le fils de mon conjoint, Zachary.

Capture d’écran 2014-12-16 à 12.37.46
10 km au Demi Marathon des Vergers en 2014 avec mon amoureux !

Ensuite est venue la nutrition. Si je ne nourris pas mon corps de la bonne façon, il ne me donnera rien de bon en retour. Oui, bien sûr, je le savais mais non,  je n’étais pas prête. Il fallait commencer par le commencement!  Au début, il fallait calculer les calories (avec l’aide de l’application « myfitnesspal »).  Je devais savoir combien j’en consommais, pour savoir combien j’en brûlais et donc savoir combien je devais en dépenser pour stabiliser mon poids. Ne pas en perdre, se demander  pourquoi … pour finalement ne pas avoir envie de savoir.  C’était trop alors, on laisse ça sur la glace ! Et pourtant, ça a fait son petit bonhomme de chemin … tranquillement !  Il ne faut pas être pressé parce que tout vient à point à qui sait attendre! Ensuite, rendez-vous avec une coach au gym … Une autre prise de conscience … J’avais des erreurs à corriger dans mon parcours. Alors « Go » ! J’ai perdu 20 lbs depuis.

Capture d’écran 2014-12-16 à 12.42.31

À 36 ans, j’ai enfin trouvé cet équilibre, mon équilibre. Ce n’est pas arrivé avant pour plusieurs raisons et c’est correct ! Maintenant, je l’apprécie.  Avant,  je n’aurais pas pu. Enfin, je crois. Depuis, la course est dans ma vie et ce, jusqu’à ce que mes jambes ne puissent plus me porter. Et maintenant, je vais courir avec mon conjoint le soir ou très tôt le matin comme plusieurs personnes vont prendre leur marche de santé. J’y prends plaisir,  j’en aie envie et c’est même pire, je ressens le besoin d’y aller. Vous pouvez le faire aussi, il ne suffit que de trouver le sport qui vous rendra heureux.

L’OMS recommande de faire 300 minutes d’activité physique par semaine à intensité modéré. C’est l’équivalent de 5 heures … et je n’atteints pas encore cet objectif, mais j’y travaille ! Et vous, vous attendez quoi ?

 

Capture d’écran 2014-12-16 à 12.44.11

TDA

Ma grande fille a été diagnostiquée TDA lors de la maternelle. Ça a été un choc pour nous. Je ne connaissais rien là-dessus donc, j’ai lu … beaucoup ! J’ai lu et j’étais complètement sous le choc. C’était MOI dans ce livre. Le cerveau dans la brume, ne pas être capable de me concentrer sur une tâche à la fois et vouloir que tout aille vite.

J’avais de la difficulté à me concentrer sur des conversations lors de souper de famille. Il y avait tant de bruit … Ma fille, elle, s’isolait dans une pièce plus tranquille. Les gens la trouvaient surement bizarre, mais moi j’avais envie d’aller m’isoler avec elle parce que je la comprenais. J’ai toujours eu du mal à m’exprimer en public, à rassembler mes idées, à garder une conversation sur ce que je dois dire parce que souvent, je pars sur un sujet et je diverge vers un autre. Sauter du coq à l’âne, vous comprenez?  J’en oublie même complètement ce que je veux dire. Maintenant, je trouve ça vraiment drôle parce que je sais pourquoi je fais ça ! Je partais aussi plein de projets, mais je n’en finissais aucun. J’avais aussi beaucoup de difficulté à me mettre à la tâche. Ça commençait à me rendre la tâche difficile, étant travailleur autonome.
J’ai contacté mon médecin en panique en septembre. Il m’a suggéré d’aller rencontrer une neuropsychologue afin de poser mon diagnostique.

Lindie Synnott, qui est la neuropsychologue qui m’a aidée. Elle m’a fait une évaluation pour savoir comment mon cerveau fonctionnait. J’ai été rassuré de voir son rapport. J’avais un TDA … diagnostiqué à 35 ans. Hé oui! Je l’avais probablement à l’école, je buchais juste plus que les autres. Ceux qui ont été à l’école avec moi se souviendront de mes clowneries, de mes effaces lancées au prof de mathématique ou de mes difficultés à me concentrer en équipe !

Je pourrais en parler longtemps … Ceux qui pense avoir un trouble de déficit de l’attention, allez consulter ! Parlez-en à votre médecin ou aller voir une neuropsychologue. Oui, je prends de la médication pour que mon cerveau voit plus clair, pour être mieux avec moi-même et être plus productive, mais il existe aussi d’autres alternatives. Le livre “Mon cerveau a ENCORE besoin de lunettes” du Dr Annick Vincent est très bien documenté. J’ai bien aimé aussi “Le trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité” de l’Hôpital  Ste-Justine. Chaque personne est différente ! Il existe une solution pour vous, pour que vous soyez bien avec votre personne et n’ayez crainte, vous ne perdrez par votre personnalité 😉

Mélissa

 

Capture d’écran 2014-12-16 à 12.43.57

Mes liens utiles :
Dominique Matthews / IFBB Fitness Pro
Alix Côté-Tremblay / Thérapeute sportive
Bouffe Maison JLM / Repas surgelé et équilibré
MyFitnessPal / Compteur de calories
Lindie Synnott / Neuropsychologue

Livres :
Mon cerveau a ENCORE besoin de lunettes / Dr. Annick Vincent
Le trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité / Éditions du CHU Ste-Justine

 

Menu